Articles

Ici vous trouverez des articles sur des sujets divers en lien avec la psychologie

Qu’est-ce que l’empathie ? ( colloque du 30 novembre 2015 à Montpellier)

Le lundi 30 novembre, à Montpellier, a eu lieu un colloque avec pour thème l’empathie au cœur des prises en charge, organisé par le réseau PHILADO et de nombreux intervenants.

Ce n’est pas la première fois que j’assiste à un colloque sur l’empathie, cette étrange faculté émotionnelle, cognitive, social, neuronale et je ne sais quoi encore qui a tant d’impacts sur notre vie professionnelle lorsqu’on travaille dans la relation d’aide.

Alors l’empathie, qu’est-ce que c’est ?

Petite définition du Larousse : Faculté intuitive de se mettre à la place d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent.

Les intervenants du colloque ont approfondi un peu cette définition. Pour eux, l’empathie est une faculté fondamentale à toute interaction sociale. Elle permet de prendre en compte le point de vue de l’autre tout en restant soi-même. Elle offre la possibilité de se sentir reconnu et compris dans ses ressentis. L’empathie vient de l’allemand  (Einfühlung, « ressenti de l’intérieur »).

La compréhension empathique de Rogers.

Pörtrait de RogersCarl Roger, un psychologue original et innovant, connu pour son approche humaniste dénombre trois attitudes fondamentales du thérapeute : La congruence, la considération positive inconditionnelle et … la compréhension empathique qui est la préoccupation du thérapeute pour le monde perceptif et subjectif du client. Le thérapeute essaie de percevoir le monde du client sans se laisser submerger par celui-ci.

L’empathie, une gymnastique épuisante ?

Afficher l'image d'origineL’empathie est bien difficile à manier tout les jours puisqu’elle consiste en une gymnastique perpétuelle où l’on adopte le point de vue de l’autre sans jamais oublier le notre. C’est comme un marathon intellectuel et émotionnel.

Et oui, l’empathie c’est épuisant, bien plus que la sympathie qui consiste à ramener l’autre à soi ( par exemple, « je sais ce que tu éprouves, moi justement, avec Bidule, j’ai ressenti la même chose la semaine dernière » !).

L’empathie, et puis quoi encore ?

La conclusion de ce forum est que si l’empathie est une faculté nécessaire dans la relation d’aide et dans la vie sociale, il faut savoir s’en protéger aussi et prendre soin de soi. Pour être un bon outil relationnel, l’empathie va avec l’authenticité, la bienveillance mais aussi le cadre et une bonne communication…Et la liste n’est pas exhaustive !

Pour équilibrer l’empathie, de l’accompagnement et du bien-être…

Deux piliers vont permettre de garder toujours un équilibre harmonieux :

  • Un accompagnement professionnel sous forme d’analyse de la pratique ou de supervision individuel ou en groupe.
  • Prendre soin de soi : avoir des activités dont nous savons qu’elles nous ressourcent comme du sport, des activités artistiques, ou même des massages ou un petit tour au Spa !

Pour aller plus loin…

Comments for this post are closed.

Les outils du psychologue : travailler le poids émotionnel avec les patients adultes

Dans les thérapies adultes, les patients arrivent parfois avec un poids émotionnel de souffrance, colère, culpabilité, …

Les outils du psychologue libéral : le logiciel QUALISHARE

Lorsque l’on s’installe à son compte il faut, dans un premier temps se familiariser avec l'accueil du patient dans un …

De l’adolescent au jeune adulte : le tunnel de verre

Fréquemment, je reçois à mon cabinet de jeunes adultes en passage transitionnel. Ils sont en détresse et expriment un …