Articles

Ici vous trouverez des articles sur des sujets divers en lien avec la psychologie

Comment ne plus avoir peur du conflit ?

Si on regarde le Larousse, le conflit est une « Violente opposition de sentiments, d’opinions, d’intérêts » ou encore une «  Lutte armée, combat entre deux ou plusieurs puissances qui se disputent un droit. ».

Alors c’est sûr, dit comme cela, le conflit semble fatiguant, violent et lourd de conséquence. Cela ne donne pas vraiment envie de s’y mettre. Pourtant, le conflit est un outil relationnel riche qui permet d’être authentique et de garder vivante la relation à l’autre.

La pression de la société

L’impression qu’il vaudrait mieux éviter le conflit est renforcé par la culture dans laquelle nous baignons et qui véhicule l’idée que le conflit serait, en plus de violent, destructeur  et égoïste. Et pourtant, quand quelque chose ne va pas, faut-il toujours garder pour soi et éviter la confrontation ?

De quoi a-t-on peur ?

Souvent, plutôt que d’exprimer un mal-être ou un désaccord, nous allons nous taire. Mais pourquoi ?

Nous sommes freinés par nos peurs : la peur de blesser l’autre, la peur que l’autre nous blesse en retour, la peur de ne pas savoir gérer nos émotions, la peur d’être jugé ou de ne pas être aimé.

Et oui, ce terrible amalgame qui consiste à penser que si on remet en cause UN aspect ou UN comportement de l’autre, c’est l’ensemble de sa personnalité que l’on remettrait en question !

Comment faire ?

S’opposer, exprimer son désaccord ou son mécontentement est nécessaire à certains moments de notre vie. C’est ce qui va nous permettre d’évoluer, de nous adapter et de retrouver un équilibre satisfaisant dans le couple, dans la famille, avec les amis ou au travail.

Savoir être en conflit c’est savoir être vrai et authentique même lorsque c’est délicat.

Communiquer !

S’exprimer et entrer en conflit maîtrisé c’est une chose, mais il ne s’agit pas de déclencher une guerre froide où chacun verbalise ce qu’il garde en lui depuis des années. Alors attention.

Gérer un conflit c’est avant tout et presque essentiellement de la communication ! Le plus important est d’être capable d’expliquer à la personne ce qui nous gêne et comment on aimerait cela évolue en évitant à tout prix les généralisations. Et dans un deuxième temps il faut être capable d’écouter l’autre et d’accepter son point de vue et ses émotions.

Il est important de se limiter à une ou deux choses que l’on aimerait voir changer et pas plus.

Des outils de communication

Pour approfondir, on peut s’inspirer de méthodes bien connues comme la Communication Non Violente, le DESC ( Décrire, Exprimer, Spécifier, Conséquences), l’écoute active et bien d’autres encore,…

Pour finir

« L’opposition, c’est la vie… » Honoré de Balzac

Pour aller plus loin

Je vous conseille la lecture du livre « oser le conflit pour mieux s’entendre » (A.Aimelet et D.Picard)

Comments for this post are closed.

Les outils du psychologue : travailler le poids émotionnel avec les patients adultes

Dans les thérapies adultes, les patients arrivent parfois avec un poids émotionnel de souffrance, colère, culpabilité, …

Les outils du psychologue libéral : le logiciel QUALISHARE

Lorsque l’on s’installe à son compte il faut, dans un premier temps se familiariser avec l'accueil du patient dans un …

De l’adolescent au jeune adulte : le tunnel de verre

Fréquemment, je reçois à mon cabinet de jeunes adultes en passage transitionnel. Ils sont en détresse et expriment un …